dépersonnalisation et déréalisation

Discussion

promo1998: Voila ca fait logntemps que je songe a ecrire pour porter mon experience avec la dp/dr mais je pensais toujours que je n'etais pas encore guéri mais maintenant je sens enfin que je suis sorti de cet etat infernal!!
Petit racontage de ma vie
plutot garcon bon vivant j'etais bien dans ma tete et dans mon corps personne plutot joyeuse meme ci j'ai du passé par de mauvais moments mais toujours je passais le cap mais voila, ca fait a peu pres 4 mois j'ai fumé du cannabis ct la 5eme fois et ct la plus pire experience que j'ai eu avec cette drogue j'ai fais un bad trip qui a duré toute une soirée et j'ai du l'affronter tout seul sans l'aide de mes amis qui n'etait pas avec moi... bon on va pas s'attarder sur le bad on sent qu'on va mourir que restera keblo toute notre viee!!! ct tres intense comme sensation mais le landemain du bad je me suis sentis un peu mal surtout psychiquement et la tete qui tourne... j'ai consulté internet pour voir ce que ct si c"etait on relation avec lel bad et la je tombe sur des temoignange qui m'ont fait ressentir ce que j'ai vecu en bad et je me suis senti encore plus mal que le bad d'hier . et c a ce moment la que la dp/dr commence avec tout le tralala . jvais pas parlé sur les symptomes puisque c sur que vous les savez se sentire dans un reve avoir l'impression qu'on a chhangé et qu'on devenait fou... moi ct surtout la peur d'etre devenu schizo ou fou pck j'ai lu un tas de truc sur la schizophrenie et les maladies qui sont causé par la conso de drogue etc.. mais le plus important dans tout ca de ne pas perdre espoir et de ne jamais oublie la guerison moi c ce qui m'a laissé guerir plus rapidement ce que j'ai fait au cours de c 4 moi: du sport footing foot etc meditation qui m'a permis de me reconcilier avec moi meme, ne plus penser a la dp/dr ce qui implique ne plus chercher sur le net pck ca change en rien ce que vous vivez chaque personne a une experience subjective avec la dp/dr donc n'essayez pas de vous identifiez aux autres essayer d'adopter les solutions qu'ils utilisent comme cité plus haut . je viens ecrire ici pour enterrer cette periode qui m'a passé par de moment de doute de peur de questionnement sur moi sur ce que je voulais etre sur bcp de chose mais en fin de compte on s'en sort plus fort mentalement et plus heureux pck cet etat n'est que le debut d'une belle vie. sur ceux je vous souhaites bon courage TENEZ BON N'OUBLIEZ JAMAIS QUE VOUS ALLEZ GUUERIR QUELQUE SOIT VOTRE ETAT ;)




XOXO prm

Manu dib: Bonjour à tous, j'aimerais avoir votre avis sur certains symptômes que j'ai eu il y a quelques mois.suite à une longue période d'angoisse très importante, J'ai commencé à me poser beaucoup de questions sur moi-même, pourquoi j'existé pourquoi j'étais dans mon corps ? Pourquoi j'étais moi-même. Je me demander pourquoi le monde était fait comme ça. Le fait de ne pas comprendre ce que je faisais dans mon corps, me donner des angoisses terrible.. j'ai pensé à de la déréalisation. s'il y'a des gens concernés ce serait sympa de m'éclairer. c'est sûr qu'avec un simple témoignage comme celui-ci difficile de faire un diagnostique. mais ça me rassurerait ! Effrayante sensation

Dilan: Vraiment dommage que ça ne bouge pas plus que ça sur ce forum ! .....

Jeremy: Coucou

Kar: C bon je t'ai ajouté

Dilan: Je viens de copier / coller le lien, il est bien valide :)

Kar: Le lien Facebook ne fonctionne pas

Dilan: N'hésitez pas à rejoindre le groupe fb https://www.facebook.com/groups/1446833838675979/

Amaz: Bonjour ?

vito69: N'hésite pas à envoyer en message privé:) et bienvenue

supra: Bonjour tout le monde, c'est la première fois que je parle de ma dr/dp, j'ai eu du mal a l'accepter, (j'en ai toujours d'ailleurs) j'aimerai en parler a des gens qui vivent ou qui ont vécu le même délire, je pense que ca pourrait être bénéfique !

vito69: Salut Jojo a tu guerri depuis?

Miliana: Je suis angoissée toute la journée mais + le matin et le soir

Jojo: Êtes vous constamment angoissé dans cet état?

Miliana: J'y ai jamais vraiment fait attention mais ce serait plus bcp que jamais

Jojo: D'accord, et est ce que tu cligne des yeux bcp bcp ou sinon jamais pratiquement ?

Miliana: J'ai lu qu'avec le temps qui passe pour certains la guérison est progressive. Pour moi ça vient par phase: je me sens mieux une semaine puis ça revient un mois etc

Jojo: Est ce que dans cet état vous vous dite que vous avez envie de vous "reveiller" ?

Dilan: C'est à dire ?

Miliana: Boujour tout le monde! Il y a une question que je me pose: Comment se matérialise la fin d'une DP/DR ?

Dilan: Si vous avez besoin de parler, des questions... depersoderea@gmail.com

Kout: Bonsoir, j'ai 17 ans et souffre de ce syndrome depuis 6 ans. Je souhaiterais discuter avec des personnes ayant vécu la même chose que moi. Vous pouvez m'envoyer un sms au 07 81 59 65 39

Dilan: J'ai crée un blog ou je parlerais de la dp / dr principalement mais aussi des choses telles que l'angoisse et autres http://mentalement.unblog.fr
Une adresse mail est mise à disposition si vous voulez discuter...

Kar: Bonjour,
J'ai 32 ans et J'habite Paris cela fait bientôt 2 ans que je suis en dp/dr,j'ai appris a gérer plus ou moins.je voudrais communiquer avec des personnes qui ont le même problème et qui désirent avancer,trouver des solutions partager des idées intéressantes pour s'en sortir. je laisse mon numéro de téléphone a qui veut bien discuter en toute sympathie.0752112188

Tifs en pétards: Bonsoir, il y a quelqu'un ?


Rafraichir

Archives

En ligne
2 Visiteurs, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur En ligne.

Total : 2
Mini sondage
Que pensez-vous de ce site ?










Résultats

 
 
Rss Dépersonnalisation et Déréalisation, ce qu'il faut savoir



Salut salut
un ami m'as traduit l'article dans son entierreté,bonne lecture!
ca aide vraiment je trouve



"Je vais vous copier un extrait du dpmanual .com que j’ai édité en partie moi-même en ajoutant ce que je sais et en modifiant un peu la formulation.

Le sentiment de dépersonnalisation est du à changement dans la composition chimique du cerveau, changement dû à l’anxiété/peur, …
Le stress ou la peur engendrent un changement dans la composition chimique du cerveau, une augmentation d’adrénaline et une diminution de dopamine, dont le résultat est le sentiment de dépersonnalisation et de déréalisation. Vous ne devenez pas fou, et cela se régule soi-même. Le fait que la dépersonnalisation persiste est dû au fait que la personne ne sait pas ce que la dépersonnalisation est, elle s’inquiète alors et perpétue ainsi le cycle de la dépersonnalisation.
Normalement, le sentiment de sécurité dans la poitrine après un choc permet de rétablir ce changement de composition chimique du cerveau, en diminuant la teneur en adrénaline et en augmentant celle en dopamine, mais lorsque vous vous inquiétez à propos de la dépersonnalisation, vous ne pouvez vous sentir en sécurité.

La dépersonnalisation peut se réaliser suite à un traumatisme. Dans ce cas, comme dit plus haut, le cerveau prend du temps pour se rétablir de lui-même, au plus vous essayez, au plus vous fatiguez votre cerveau et celui-ci ne peut ressentir le sentiment de sécurité dont il a besoin. En stressant, vous envoyez à votre cerveau des signaux lui indiquant que quelque chose ne vas pas, il voudra alors se protéger plus encore et perpétuera ainsi le cycle de la dépersonnalisation.

Si vous le laissez prendre le repos dont il a besoin et que vous ne vous occupiez que de votre vie de tous les jours du mieux que vous le pouvez, le sentiment de sécurité reviendra et vous guérirez. Mais seulement si vous vous donnez une chance que que vous arrêtez d’essayer de forcer la guérison."

Voilà la suite, je traduis le reste demain si t'es toujours intéressé.

Que les personnes aient subi une dépersonnalisation à la suite d’un bad trip (« bad drug trip ») ou à la suite d’une expérience qui n’a pas causé de dommages sur le long terme, le mécanisme est exactement le même, votre cerveau essaye de se protéger, de se cacher ailleurs pour obtenir le repos dont il a besoin, que cela vienne de la peur qu’une mauvaise expérience cause ou de l’usure que la drogue a sur votre corps sur le long terme.

Pour certaines personnes, il ne semble pas y avoir de traumatisme, de drogue, rien qui n’ait causé cette dépersonnalisation. Ils marchaient peut-être simplement dans la rue un jour, quand la condition qui a causé cette dépersonnalisation les a frappé. Le fait que cette condition n’ait aucune cause est effrayant, c’est comme si quelque chose dans le cerveau de la personne n’allait pas et qu’il n’y a absolument aucune raison à cela.

Mais les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. Il existe un nombre gigantesque d’éléments qui, combinés, peuvent entraîner un épisode de dépersonnalisation chez la personne. Par exemple, votre travail est un peu stressant. Vous buvez de la caféine et des sodas. Vous ne dormez pas aussi bien que vous le devriez.
Vous avez quelques problèmes dans vos relations. Vous souffrez d’une maladie commune comme la dépression post-natale, la crise de la quarantaine, le stress,…
Et bien évidemment, toutes ces choses, prises individuellement, peuvent sembler comme étant « quotidiennes ». Mais ces éléments combinés peuvent amener le corps et l’esprit à réagir d’étranges manières.
Votre taux de sérotonine a dû diminuer en raison du stress (même si vous ne vous apercevez pas de ce stress, la vie d’aujourd’hui est stressante en elle-même) comme Tommygunz l’a expliqué, ces éléments peuvent influer, mais vous devez aussi apprendre à ne pas y penser de trop et à vivre chaque jour aussi normalement que possible.

Pour la plupart des gens, la dépersonnalisation se dissipe lorsqu’ils se sont débarrassés de ce traumatisme, mais ce n’est pas tout le temps le cas. Vous pouvez devenir conscient de ce sentiment de dépersonnalisation et vous demander « Hey, pourquoi est-ce que je me sens comme ça ? ».
Le malaise crée encore plus de peur et d’anxiété (peur et anxiété qui sont concentrées à présent sur ce sentiment de dépersonnalisation simplement parce que vous ne trouvez pas la cause de cette dépersonnalisation), avec pour conséquence la persistance du sentiment de dépersonnalisation et des teneurs anormales des composantes chimiques de votre cerveau. Cela engendre un cycle constitué de plus de dépersonnalisation et de plus de peur générant une habitude, celle de penser à cette dépersonnalisation dont on en connait pas la cause, et c’est alors cela qui devient la cause de cette dépersonnalisation.

De plus, il existe des causes variées à la dépersonnalisation, mais le point commun est le fait que les gens qui en ont atteints concentrent leur esprit dessus et essayent de comprendre pourquoi ils ressentent ce sentiment de dépersonnalisation.
Il n’y a pas de raison spécifique pour s’inquiéter, la peur est donc projetée sur rien et n’importe quoi.
Cela fait aussi en sorte que la peur « s’auto-perpétue », il n’y a pas de traitement, si ce n’est d’assumer que quelque chose cloche avec votre esprit

Si certaines choses (pensées, facteurs environnementaux,…;) peuvent influer, il doit alors être possible d’établir précisément des habitudes que l’on ne doit pas prendre et des distractions qu’il faut essayer d’éviter.

La plupart d’entre nous réagissent au sentiment de dépersonnalisation en essayant de le combattre. Mais si vous y réfléchissez, le fait de se battre contre un mécanisme de défense naturel est inutile. Le combattre, c’est diminuer vos chances de guérison.
La dépersonnalisation est simplement un mécanisme permettant de réagir à un évènement trop traumatique pour pouvoir l’affronter de face, ou cela demanderait trop de stress ou de régulation chimique.

Quand vous traversez une expérience trop dure pour vous, votre esprit dit « OK, c’est de trop pour moi, je reste en dehors de ça ! », « et se retire de la réalité » car cela semble trop effrayant. Une fois encore, c’est souvent pour cela que la dépersonnalisation donne l’impression qu’il existe une vitre entre le souffrant et le reste du monde, ce n’est pas en raison d’un quelconque changement permanent ou d’une quelconque distance, c’est simplement votre esprit qui essaye de s’éloigner temporairement de ce qui pourrait être dangereux, et crée ainsi un « écran ».

C’est comme si quelqu’un qui s’était fait agressé avait besoin de quelques jours pour reconstruire sa confiance.-, c’est exactement ce que l’esprit fait en cas de dépersonnalisation, « il dit » « Je reste à la maison pour un moment jusqu’à ce que ma confiance soit rétablie. ». Bien évidemment, cela demande beaucoup d’effort. Mais ce doit être fait. Autrement, cet homme réfugié chez lui restera dans sa maison plus longtemps qu’il ne le devra, trop apeuré de s’aventurer dehors à nouveau.

Et c’est là la partie la plus importante : il ne tient qu’à vous de restaurer votre confiance. Vous devez apprendre à calmer votre esprit, à en évacuer la peur et à détruire cette barrière invisible.

Ne pas s’en soucier du toutou trop s’en soucier donnera le même résultat.

Le sommeil est le meilleur endroit que votre esprit connait, c’est pourquoi il est possible que vous vouliez souvent dormir lors de la dépersonnalisation.
Pour trouver la sécurité, l’esprit atteint le stade le plus confortable du sommeil – et fait de même lorsque vous êtes éveillé. Ainsi, une part du sommeil est temporairement « échangée » avec votre état d’éveil. C’est une des raisons pour lesquelles la dépersonnalisation peut donner la sensation d’être constamment patraque, que la concentration devient plus difficile, votre esprit ‘est plus que l’endroit où vous êtes sur le point de vous endormir alors que votre corps est parfaitement éveillé. C’est aussi pour cette raison que la dépersonnalisation est pire encore après une sieste, car l’esprit est plus fermé à l’état de sommeil.

Donc, afin de pouvoir gérer une réalité éveillée effrayante, l’esprit se recouvre avec la chaude couverture du sommeil jusqu’à ce qu’il soit prêt à affronter la réalité. La proximité de l’esprit avec le sommeil explique beaucoup de difficulté que le souffrant peut éprouver au niveau des questions existentielles/philosophiques que la dépersonnalisation engendre.
Vous pouvez alors vous surprendre à vous poser des questions comme « Pourquoi est-ce que je suis ici ? », « Pourquoi est-ce que je suis moi ? »,…constamment à questionner votre propre réalité : car votre esprit est tellement proche du sommeil que votre vie peut paraître pour un rêve.

Et qu’arrive-t-il quand le rêve se termine ? Vous vous réveillez. Le « rêve-réalité » disparaît, et la « réalité normale » réapparait. L’une des raisons de ces constantes pensées existentielles engendrées par la dépersonnalisation est le fait que, d’une quelconque manière, vous espérez que la réalité s’arrête, parce que tous vos rêves précédents vous ont dit qu’elle devait s’arrêter ! Et bien évidemment, cette pensée est effrayante. (Je n’ai pas vraiment compris ce passage, et ma traduction me semble exacte, désolé mec).

Mais ce ne sont que des pensées.
L’une des choses que vous devez absolument vous rappeler avec la dépersonnalisation est que la réalité ne change jamais. Elle ne « s’arrêtera » jamais, ne « s’écroulera » jamais, aucune de ces pensées ne se produira jamais. Ces pensées sont insensées. La seule chose qui a changée est la compétence de votre esprit à composer avec la vie de tous les jours, mais ceci est une réaction tout à fait normale, compréhensible et temporaire, face à un traumatisme.

Vous voyez ce sentiment lorsque vous êtes à moitié endormi devant la télévision ou la radio ? Le son peut paraître un peu plus fort que d’habitude. De temps en temps, certains mots peuvent engendrer certaines étranges pensées qui s’enchaînent.

C’est habituellement un sentiment agréable, confortable, de se sentir dériver sur la rivière de l’esprit ! Mais avec la dépersonnalisation, vous pouvez avoir ces « trains de pensée » même lorsque vous êtes pleinement éveillé. L’anxiété et la peur de se retrouver dans cet état peut générer des pensées effrayantes plutôt qu’heureuses et créatives.

Il est vrai que ce peut être particulièrement effrayant, mais rappelez-vous que ce n’est rien de plus qu’un état de conscience légèrement différent, état que plein de gens dans le monde au moins une fois dans leur vie. Ce n’est que la dépersonnalisation qui pousse le niveau de sommeil de la conscience dans votre vie éveillé afin de vous protéger des dangers perçus. (La traduction pue un peu, désolé)

Fait : les gens qui ont guéri de la dépersonnalisation disent, pour la plupart : « De quoi est-ce que je m’inquiétais ? », car rien ne change réellement, si ce n’est la façon dont je vois les choses !

En fait, la dépersonnalisation est un exemple d’une condition qui caractérise ce que les psychologues appellent « L’état spécifique d’apprentissage », qui se réfère à tout type d’expérience dont il est émotionnellement difficile de se rappeler (rêves,...). Ce qui signifie que ce que vous ressentez lors de la dépersonnalisation (peur, anxiété,…;) est, une fois que vous vous en êtes débarrassé, très dur pour vous si vous voulez vous en rappeler.

Par exemple, je pourrais décrire la dépersonnalisation à quelqu’un avec énormément de détails, mais je serais incapable de me remémorer les sentiments qui y sont rattachés comme je pourrais me remémorer, par exemple, la tristesse que j’ai éprouvée quand j’ai terminé le secondaire et que j’ai dit adieu à mes amis. Je sais que ça semble incroyable maintenant, mais je vous garantis que lorsque vous aurez guéri de la dépersonnalisation, vous aurez énormément de mal à vous rappeler les émotions que vous ressentez en ce moment avec la dépersonnalisation. Un peu comme lorsque vous avez, parfois, du mal à vous rappeler d’un rêve, même bien après vous êtes réveillé.

Le gens souffrant de dépersonnalisation sont généralement du type intelligent, sensible et réflexif. Ce n’est pas vraiment étonnant, si l’on sait que ce sont l’introspection et la contemplation temporaire des sentiments créent la condition. (C’est encore assez bancal comme traduction, mais y’a un lien avec des éléments dits plus hauts dans le texte, en parlant des conditions de création de la dépersonnalisation je crois.). En ce qui me concerne, c’est un point positif, car les personnes que j’ai rencontrées qui font des recherches sur cette condition ont toujours été ouverts, optimistes te intelligents, même face à ce qui est parfois une peur terrible.

Là, nous avons considéré la dépersonnalisation comme une habitude de pensée. Comparons-là à présent à une autre habitude : fumer. Si vous êtes un fumeur, comment est-ce que vous composez avec les envies de fumer après avoir arrêté ? Vous pouvez utiliser des patchs de nicotine, des chewing gum,…mais le plus important est d’avoir l’envie d’arrêter. Mais vous pouvez aider cette envie d’arrêter, en essayant de en pas penser à vos envies de fumer, en essayant d’oublier cette habitude.
Par exemple, un truc commun pour les fumeurs, c’est de toujours avoir les mains occupées. Si vous jouez d’un instrument de musique, exercez-vous. Si vous aime tricoter, tricotez. Allez jeter un œil sur des sites internet intéressant pour un moment.

C’est exactement la même chose pour la dépersonnalisation.

Mais vu que c’est une habitude de pensée, il est plus difficile de s’en débarrasser que d’arrêter de fumer.

Le « principe de l’éléphant rose » s’applique ici : si vous vous dites « Ok, je ne vais pas penser à la dépersonnalisation. », il est fort possible que vous soyez incapable d’arrêter d’y penser. Avec la dépersonnalisation, ce phénomène tend à se produire encore et encore. AU plus vous essayez d’oublier, de ne pas y penser, au plus vous avez de chances d’y penser, et l’habitude s’enracine plus encore. C’est pour cela que la condition peut être frustrante : il est très facile pour l’individu de prendre des mesures, mais les mesures prises individuellement empirent la condition. (Là par contre, en plus d’une traduction merdeuse, j’ai rien catché à la phrase, désolé mec.)

Mais le principal est là : vous devez entraîner votre esprit à ne pas penser à la dépersonnalisation. Cela ne veut pas dire que vous devez totalement arrêter d’y penser, de bannir la dépersonnalisation de votre esprit, cela signifie simplement que vous devez apprendre à penser à autre chose aussi. Et le meilleur moyen d’y arriver est de tenir votre esprit constamment occupé. Gardez les mains occupées ! Vous jouez d’un instrument ? Pratiquez, sinon apprenez à en jouer. Allez surfer sur le net. Et rappelez-vous qu’à chaque fois que vous êtes occupez, vous travaillez à votre propre guérison, alors ne vous en faîtes pas si ce que vous faîtes est totalement frivole, appréciez et restez occupés tout le temps.

C’est totu ce que vous pouvez faire pour le moment, accepter que vous n’êtes pas vpus-même à 100%, que vous vous snetez étrange car votre cerveau est fatigué car vous vous inquiètez, car vous ruminez, vous ne pouvez que le laisser récupérer en vivant le plus normalement possible sans essayer de donner trop d’attention à ces étranges sentiments qui vous préoccupent.

Il est préférable que les activités en questions soient des activités qui demandent une implication mentale importante. Lire ou écrire est par exemple meilleur que regarder la télévision, car il est plus facile de divaguer avec la télévision (bien que la télévision puisse instaurer une « routine positive », comme regarder une série qui vous intéresse, …;). Apprendre à jouer d’un instrument ou pratiquer une activité élaborée est aussi un bon moyen car cela demande toute votre attention.

Rappelez-vous aussi que pour n’importe quelle affliction, le rire est une médecine merveilleuse, il en va de même pour la dépersonnalisation.

Parlez à autant de gens que vous le pouvez. Rappelez-vous qu’en dépit de l’inquiétude qui vous ronge, aller en ville, faire du shopping, rencontrer des amis,…est un pas de plus vers la guérison !
Sortez et amusez-vous avec vos amis, si vous restez chez vous tout le temps, ça deviendra une habitude et cela n’aidera pas.
Tout ce que la dépersonnalisation et l’anxiété peuvent faire, c’est d’amplifier vos problèmes ou du moins de vous le faire croire ? Mais ils ne changent pas en eux-mêmes. Même si vous le vouliez, ils ne pourraient changer ! Tout ce qui se passe est que votre esprit est effrayé, et voit le danger partout (même dans les questions existentielles, les pensées philosophiques que les gens ont normalement).
Je sais que ça peut être dur, mais rappelez-vous que cet état est temporaire et entièrement réversible.

L’un des sentiments que ce processus peut engendrer est celui qui vous amène à penser que, d’une certaine manière, la réalité a « changé ». Vous pouvez en arriver à en faire d’étranges conclusions sur la nature des choses : durant un temps, je pensais que j’étais dans une sorte de « purgatoire », que j’avais, d’une certaine façon, perdu mon âme. Vous pouvez penser que quelque chose de terrible va se produire, comme si la réalité allait « s’écrouler ». Un autre sentiment commun à la dépersonnalisation est celui qui vous donne l’impression que, d’une quelconque manière, vous allez « disparaître ».

Ces choses-là ne sont jamais arrivées, et n’arriveront jamais. J’ai été au plus profond de cette maladie, et je me suis senti totalement désarmé. Il n’y pas de dommages mentaux permanents, ni même physiques. Des centaines et de milliers de personnes ont souffert de cela avant vous, et pas un seul d’entre eux n’a réussi à « changer » la réalité ! Tout cela est basé sur des peurs irrationnelles construites sur des « trains de pensée ».

Vous n’avez pas fondamentalement changé de quelque manière que ce soit, et c’est pareil pour le monde. Vous souffre d’une maladie qui, il est vrai, peut-être parfois très effrayante, mais c’est relativement supportable. Ca ne se rapproche même pas des risques encourus par d’autres maladies. Je pense que c’est pour cela que la dépersonnalisation n’est pas reconnue comme elle devrait l’être, parce que même si elle devient de plus en plus effrayante, la maladie en soit ne progresse pas, et croyez-le ou non, ce n’est simplement pas dangereux pour celui qui en souffre.

Ne vous battez pas mentalement contre la dépersonnalisation. Regardez-le sous cet angle-là : combattez-la, et comme lorsque vous vous battez contre d’autres maladies, la peine ne deviendra que plus grande. La dépersonnalisation est semblable à ce garçon en maternelle qui calomniait les autres en les insultant : si vous lui répondez en montrant votre colère ou votre tristesse, il verra qu’il vous affecte et continuera, tandis que si vous « l’acceptez », peu importe comment, peu importe comment il est têtu et résistant, il finira par s’arrêter.

Certaines personnes portant des lunettes et des lentilles se sont rendu compte que les stress de la Dépersonnalisation peut être réduit s’il les retiraient pour un moment. Je porte moi-même des lentilles, et je me suis aperçu que les retirer avait un effet apaisant. Pourquoi cela ? Parce qu’en floutant votre vision, vous réduisez le nombre d’informations qui arrivent à votre cortex cérébral. Cela tend à montrer que la dépersonnalisation dépend de votre environnement et de la manière dont vous interagissez avec, ainsi que vos expériences avec. Cela montre alors aussi que la dépersonnalisation est quelque chose de mental qui est, d’une quelconque façon, sous votre contrôle.

S’il est tentant avec la dépersonnalisation de rester au lit toute la journée, de ne pas se doucher,…
Et les gens malades sont d’une certaine façon « autorisés » à rester au lit toute la journée, de ne pas se doucher régulièrement. Je le sais car j’ai utilisé cela comme excuses plusieurs semaines après avoir développé la dépersonnalisation.
De toute façon, c’est une façon de penser très négative, et cela rendra votre dépersonnalisation pire encore. « Dans un certain sens, agir comme cela c’est dessiner votre concentration au travers de la dépersonnalisation, ce qui permet d’affecter votre vie physique. » (Désolé, ma traduction foire un peu ici). C’est comme si vous restiez assis des heures durant devant la télévision bien que cela soit ennuyant parfois, cela peut sembler être la chose la plus facile à faire, mais en réalité, cela pousse au même type d’introspection que la dépersonnalisation amène, et sur le long terme, les choses peuvent s’empirer.

Alors, même s’il semble plus facile de ne pas prendre une douche tous les jours, faites-le quand même. Vous semblerez, et plus important encore vous vous sentirez, plus propre et cela vous donnera une routine à suivre au quotidien. Personnellement, je trouve qu’il est bon de prendre une douche ou un bain juste avant d’aller se coucher. Cela vous calme et prépare votre corps au repos.

Prenez soin de votre apparence en général. Brillez autant que vous le pouvez chaque jour ! Portez des vêtements confortables set qui vous vont bien, surtout si vous sortez. Finalement, cette « confiance extérieure » déteindra sur votre esprit et vous vous sentirez mieux.

Comme je l’ai dit, l’un des meilleurs moyens pour évacuer l’anxiété et la dépersonnalisation, c’est d’entraîner votre esprit. Et un bon moyen pour cela, c’est de vous concentrer à atteindre un meilleur vous-même physiquement parlant. Cela vous donne des buts et quelque chose qui en vaut la peine sur quoi travailler tous les jours.

Vous devez absolument exclure la caféine de votre régime alimentaire. Cela aggravera la dépersonnalisation. De plus, la caféine tend aussi à déranger les phases de sommeil, qui, on le sait, sont directement liées à la dépersonnalisation.
Premièrement, cela augmente la pression cardiaque, quelque chose dont vous n’avez absolument pas besoin lorsque vous essayez de vous débarrasser de l’anxiété. Deuxièmement, le sel épuise le potassium de votre corps, un élément essentiel pour le bon fonctionnement de votre système nerveux. (Je pige pas le lien entre café et sel, mais ma traduction est correcte je pense. Comme pour n’importe quoi, mieux vaut vérifier les sources, cet article-là y-compris).

Tout le monde aime le chocolat et les sucreries, j’en suis un grand fan moi-même. Une fois encore, ceci est mauvais pour l’anxiété et la dépersonnalisation. Quand ils sont digérés, ils causent une baisse dans le niveau de sucre sanguin, ce qui peut produire l’anxiété et des changements d’humeur. Restez loin des sucreries !

En les retirant de votre régime, vous assainissez votre corps et votre cerveau, et les aider à les ramener à un meilleur état. En général, lorsque vous guérissez de la dépersonnalisation, votre santé devrait être dans le meilleur état qu’elle n’a jamais été.

Le dioxyde de carbone contenu dans le soda est très bon pour vous, vu que les personnes anxieuses n’en possèdent pas beaucoup dans leur sang. C’est bon pour prévenir l’hyperventilation et pour la circulation sanguine en général.

En général, les fruits et les légumes sont très bon pour diminuer l’anxiété et la dépersonnalisation. Mangez beaucoup d’épinards, de carottes, d’oignions, de betteraves, de céleris, de céréales pleines, d’asperges, d’avocats, d’ail, d’œufs, de poisson,…

Les vitamines B6 et B12 sont très importantes pour entretenir la santé de votre système nerveux, et donc pour e contrôle de l’anxiété et de la dépersonnalisation. Elles sont requises pour le maintien de la myéline, la substance graisseuse qui protège les neurones, et qui sont généralement bonnes pour composer avec la fatigue. Une déficience en vitamines B peut être causée par nombre de facteurs, premièrement par le stress et l’anxiété. Ce qui, à son tour, peut causer une augmentation de l’anxiété, une perte d’appétit et des insomnies, et tout cela peut aggraver la dépersonnalisation.

Rappelez-vous qu’il faut être patient, si vous souffre d’une déficience, il faut du temps avant que votre taux de vitamines B se restaure.

Le calcium contribue à la « santé » de vos nerfs.

Le magnésium est un bon supplément pour le cœur, la circulation sanguine, et peut aider à prévenir l’anxiété et le stress. Il peut aussi aider à guérir la dépression et l’insomnie.

Prenez un bon supplément d’oméga 3 au quotidien.

Si votre dépersonnalisation vient du fait que vous vous droguez, vous pouvez vous sentir coupable. Rappelez-vous : ce n’est pas de votre faute !
Ce n’est la faute de personne. Parfois, les drogues peuvent être le catalyseur de « métaphoriques » gouttes d’eau qui font déborder le vase. Il est bien possible que le stress dans votre vie en résulte, et que vous êtes sur le point d’être pris de panique, dépression ou dépersonnalisation (si vous n’en avez pas eu une jusque-là). La drogue accélère simplement ce processus.
Mais, indépendamment du fait de savoir si c’est la drogue qui vous a amener là ou si elle a juste accélérer l’apparition d’un stress qui allait finir par se manifester, la situation reste la même. C’est réversible, alors ne vous ne faites pas !

Et peu importe ce que vous faites, ne vous sentez pas coupable. La dépersonnalisation est quelque chose de naturel. Ce n’est pas quelque chose dont on peut tenir quelqu’un pour responsable. C’est comme un rhume des foins, ce n’est la faute de personne. Votre corps réagit simplement au stress d’une façon naturelle.
Voyez-le comme cela : c’est la façon de votre corps de vous dire qu’à l’avenir, vous devrez mieux gérer votre stress et de rester loin de toute substance pouvant aggraver ce stress. Tout ce dont vous avez besoin de faire, c’est de tenir compte de cet avis, faire les changements nécessaires dans votre style de vie, et bientôt, tout redeviendra normal.

Alors ne pensez pas que c’est une « erreur », ou bien « la faute de quelqu’un ». C’est une importante leçon à apprendre, qui enrichira votre vie,, alors soyez-en heureux ! Et rappelez-vous que peu importe la cause de la dépersonnalisation, la situation reste essentiellement la même. Il n’y a pas de différences entre une dépersonnalisation causé par la marijuana et une dépersonnalisation causée par d’importants stress, par conséquent, la manière de s’en sortir reste la même. Si vous consultez un thérapeute, n’ayez pas peur de lui dire ce qui a pu causer la dépersonnalisation, même si selon vous ce sont des drogues illégales qui en sont à l’origine. Dire les causes sera bénéfique pour votre guérison.

Ce n’est pas une bonne idée de boire avec la dépersonnalisation – même si ça peut vous soulager un temps, les répercussions sont généralement pires.
Rappelez-vous cela : si l’alcool peut temporairement soulager la dépersonnalisation, cela nous prouve encore que la dépersonnalisation est un état temporaire, une combinaison de déséquilibres temporaires dans la composition chimique du cerveau et des déséquilibres dans vos habitudes, et que tout cela peut changer. Le fait que vous êtes impliqué dans votre vie contribue à ce changement et à le rendre permanent.

Certaines personnes ont souffert de dépersonnalisation pendant un long moment, c’est indéniable, cela peut affecter les gens pour plusieurs années. Cela ne signifie pas que les gens souffrent de dépersonnalisations différentes et que certaines durent plus longtemps que les autres, cela veut simplement dire que vous n’avez pas trouvé les bonnes « habitudes de pensée » pour vous en sortir. Le fait est qu’il est plus simple de composer avec la dépersonnalisation que de vous inscrire sur des sites traitant de ce trouble et de lire chaque livre que vous trouvez sur ce trouble, que d’aller chez chaque docteur qui se trouve dans les environs (qui habituellement, ne savent rien à propos de votre situation).
Il n’est pas simple de simplement essayer d’oublier et de continuer sa vie. Le problème avec la dépersonnalisation, comparativement aux autres types de troubles incluant ce genre de pensées obsessives, c’est qu’il n’y a pas un « point » à essayer de supprimer, à analyser ou à travailler.
Comme je vous l’ai dit, vous dire « Aujourd’hui, je ne pense pas à la dépersonnalisation. » revient à vous dire « Aujourd’hui, je ne pense pas à des éléphants roses. ». En accord avec le fait que de ne pas vouloir penser à quelque chose, vous créez déjà une association qui va vous poursuivre toute la journée.

Le fait est que tellement de gens sont capables et sortent de la dépersonnalisation grâce à des conseils basiques (comme le prouvent beaucoup de posts sur des forums) signifie qu’en théorie, tout le monde est capable de sortir de la dépersonnalisation. Bien sûr, cela peut prendre plus de temps pour certains que pour d’autres, certains doivent fournir plus d’efforts au quotidien que d’autres, mais u plus vous fournissez d’efforts, au plus vite vous vous verrez des résultats.

Vous devez vous dire « Et bien si je guéris de la dépersonnalisation, est-ce que je ne risque pas d‘en souffrir à nouveau si je subis une autre expérience traumatisante ou une autre période de stress ? », la réponse est simple : non.
Comme je l’ai dit, la dépersonnalisation est une « habitude de pensée ». Ce que vous allez faire maintenant, c’est construire une barrière contre cette habitude, remplacer cette habitude négative par une habitude saine.
Prenons pour exemple la situation suivante : Disons que vous fumez depuis dix ans déjà. Et un jour, vous réalisez que c’est mauvais pour vous. Alors vous arrêtez. « Vous n’avez pas arrêté la dinde froide, mais vous n’y avez pas touché pendant quelques mois. » (ma traduction merde peut-être ici, la phrase est space). Finalement, vous avez fini d’associer la cigarette avec la pause café à votre travail, avec votre verre de vin le soir. Cela prend du temps et demande des efforts, mais vous avez remplacé l’habitude de pensée de fumer une habitude de penser de ne pas fumer, et ce grâce à des pensées positives. Et après, pour les besoins de l’histoire, vous êtes à une soirée, et un ami vous propose une cigarette, vous vous dites « Pourquoi pas ? », et vous en fumez une.
Maintenant, cela signifie-t-il que vous êtes revenu à la case départ ? Bien sûr que non. L’habitude positive que vous avez constituée entretemps est la seule qui compte. Même si vous avez une envie de cigarette le jour qui suit, parce que maintenant, vous savez composer avec. Vous avez l’expérience nécessaire pour. Vous avez composé avec assez longtemps pour savoir que vous pouvez passer au-dessus de ça.
Et c’est pareil avec la dépersonnalisation. Après en être sorti vous vous serez suffisamment entraîné avec une habitude de pensée positive.
Et si quelque chose de particulièrement stressant arrive dans le futur, et si vous vivez une expérience de transition de dépersonnalisation que presque tout le monde vit dans une telle situation, vous serez capable de vous en sortir.

Rappelez-vous aussi que la dépersonnalisation ne disparaitra pas du jour au lendemain.
Il n’existe pas de cure miracle, comme il n’existe pas de cure miracle pour n’importe quelle habitude réellement mauvaise, car c’est un mécanisme de défense/guérison naturel.

S’en sortir est une « déshabituation » progressive, comme apprendre à arrêter de fumer, ou apprendre à être plus positif en général. Vous devez voir votre guérison en nombre de mois et non en nombre de jours. Et même comme cela, ça reste un processus difficile de parfois. Comme pour toutes les habitudes elle reviendra au moment le moins opportun. Comme vous le voyez, la guérison n’est pas une ligne droite allant « d’habitude à plus d’habitude », c’est plus comme la pente escarpée et sinueuse d’une montagne : vous devrez parfois escaladez des petits pics, et parfois vous vous baladerez sur des sentiers facilement praticables. Cela varie selon les jours, les heures. Rappelez-vous que peu importe la difficulté de ces pics, ils font partie intégrante de la guérison.

Vous voyez, la dépersonnalisation est une habitude naturelle, il est alors difficile de dire quand il y a du changement, quand on se sent mieux. Par exemple, vous pouvez avoir deux bonnes journées qui se suivent, et le troisième jour, sans raison apparente, vous vous sentez anxieux et vous ressentez plus la dépersonnalisation. Mais si vous avez ce mauvais jour au milieu d’une mauvaise semaine où vous avez bien ressenti la dépersonnalisation, il ne vous apparaîtra que comme un autre mauvais jour, et vous le sentirez moins que dans le premier cas.
Ce sentiment est plus attribuable au fait que vous pensez que « la voie de la guérison vous est alors fermée », et non pas au fait que la dépersonnalisation s’intensifie ou que vous revenez en arrière.

Alors, lorsque vous avez un mauvais jour, et soyons honnêtes, vous en aurez quelques-uns, essayez de ne pas penser « Oh non, me voilà de retour à la case départ… », dites-vous simplement « Me revoilà à la case départ. Ma dépersonnalisation semble pire car je me sens en général bien mieux qu’avant. Il y a des améliorations, et cela signifie qu’un jour j’en guérirai complètement. Si je me sens mal pour le moment, je n’ai qu’à attendre d’aller mieux. »


Ci-dessus se trouvent les principaux points pour guérir de la dépersonnalisation. J’en ai souffert durant 4 ans, et c’est seulement lorsque j’ai commencé à être heureux et que j’en ai compris le mécanisme que les progrès se sont fait sentir, et que je me suis senti vivre, pas en restant assis à me désoler. C’est la première chose que j’ai faite, après 8 mois comme ça, et pendant les trois dernières années, j’ai eu énormément de mal à aller travailler quand je me sentais mal, mais je me disais que c’était la routine, et sortir, me balader, aller nager, m’ont aidé à guérir. Si vous forcez la réalité sur vous-même, elle deviendra une réelle réalité à nouveau. (La traduction de la dernière phrase pue un peu, désolé.).

gg04
 
 
Note: 4.75
(4 notes)
Ecrit par: Momo, Le: 06/09/12