dépersonnalisation et déréalisation

Discussion

promo1998: Voila ca fait logntemps que je songe a ecrire pour porter mon experience avec la dp/dr mais je pensais toujours que je n'etais pas encore guéri mais maintenant je sens enfin que je suis sorti de cet etat infernal!!
Petit racontage de ma vie
plutot garcon bon vivant j'etais bien dans ma tete et dans mon corps personne plutot joyeuse meme ci j'ai du passé par de mauvais moments mais toujours je passais le cap mais voila, ca fait a peu pres 4 mois j'ai fumé du cannabis ct la 5eme fois et ct la plus pire experience que j'ai eu avec cette drogue j'ai fais un bad trip qui a duré toute une soirée et j'ai du l'affronter tout seul sans l'aide de mes amis qui n'etait pas avec moi... bon on va pas s'attarder sur le bad on sent qu'on va mourir que restera keblo toute notre viee!!! ct tres intense comme sensation mais le landemain du bad je me suis sentis un peu mal surtout psychiquement et la tete qui tourne... j'ai consulté internet pour voir ce que ct si c"etait on relation avec lel bad et la je tombe sur des temoignange qui m'ont fait ressentir ce que j'ai vecu en bad et je me suis senti encore plus mal que le bad d'hier . et c a ce moment la que la dp/dr commence avec tout le tralala . jvais pas parlé sur les symptomes puisque c sur que vous les savez se sentire dans un reve avoir l'impression qu'on a chhangé et qu'on devenait fou... moi ct surtout la peur d'etre devenu schizo ou fou pck j'ai lu un tas de truc sur la schizophrenie et les maladies qui sont causé par la conso de drogue etc.. mais le plus important dans tout ca de ne pas perdre espoir et de ne jamais oublie la guerison moi c ce qui m'a laissé guerir plus rapidement ce que j'ai fait au cours de c 4 moi: du sport footing foot etc meditation qui m'a permis de me reconcilier avec moi meme, ne plus penser a la dp/dr ce qui implique ne plus chercher sur le net pck ca change en rien ce que vous vivez chaque personne a une experience subjective avec la dp/dr donc n'essayez pas de vous identifiez aux autres essayer d'adopter les solutions qu'ils utilisent comme cité plus haut . je viens ecrire ici pour enterrer cette periode qui m'a passé par de moment de doute de peur de questionnement sur moi sur ce que je voulais etre sur bcp de chose mais en fin de compte on s'en sort plus fort mentalement et plus heureux pck cet etat n'est que le debut d'une belle vie. sur ceux je vous souhaites bon courage TENEZ BON N'OUBLIEZ JAMAIS QUE VOUS ALLEZ GUUERIR QUELQUE SOIT VOTRE ETAT ;)




XOXO prm

Manu dib: Bonjour à tous, j'aimerais avoir votre avis sur certains symptômes que j'ai eu il y a quelques mois.suite à une longue période d'angoisse très importante, J'ai commencé à me poser beaucoup de questions sur moi-même, pourquoi j'existé pourquoi j'étais dans mon corps ? Pourquoi j'étais moi-même. Je me demander pourquoi le monde était fait comme ça. Le fait de ne pas comprendre ce que je faisais dans mon corps, me donner des angoisses terrible.. j'ai pensé à de la déréalisation. s'il y'a des gens concernés ce serait sympa de m'éclairer. c'est sûr qu'avec un simple témoignage comme celui-ci difficile de faire un diagnostique. mais ça me rassurerait ! Effrayante sensation

Dilan: Vraiment dommage que ça ne bouge pas plus que ça sur ce forum ! .....

Jeremy: Coucou

Kar: C bon je t'ai ajouté

Dilan: Je viens de copier / coller le lien, il est bien valide :)

Kar: Le lien Facebook ne fonctionne pas

Dilan: N'hésitez pas à rejoindre le groupe fb https://www.facebook.com/groups/1446833838675979/

Amaz: Bonjour ?

vito69: N'hésite pas à envoyer en message privé:) et bienvenue

supra: Bonjour tout le monde, c'est la première fois que je parle de ma dr/dp, j'ai eu du mal a l'accepter, (j'en ai toujours d'ailleurs) j'aimerai en parler a des gens qui vivent ou qui ont vécu le même délire, je pense que ca pourrait être bénéfique !

vito69: Salut Jojo a tu guerri depuis?

Miliana: Je suis angoissée toute la journée mais + le matin et le soir

Jojo: Êtes vous constamment angoissé dans cet état?

Miliana: J'y ai jamais vraiment fait attention mais ce serait plus bcp que jamais

Jojo: D'accord, et est ce que tu cligne des yeux bcp bcp ou sinon jamais pratiquement ?

Miliana: J'ai lu qu'avec le temps qui passe pour certains la guérison est progressive. Pour moi ça vient par phase: je me sens mieux une semaine puis ça revient un mois etc

Jojo: Est ce que dans cet état vous vous dite que vous avez envie de vous "reveiller" ?

Dilan: C'est à dire ?

Miliana: Boujour tout le monde! Il y a une question que je me pose: Comment se matérialise la fin d'une DP/DR ?

Dilan: Si vous avez besoin de parler, des questions... depersoderea@gmail.com

Kout: Bonsoir, j'ai 17 ans et souffre de ce syndrome depuis 6 ans. Je souhaiterais discuter avec des personnes ayant vécu la même chose que moi. Vous pouvez m'envoyer un sms au 07 81 59 65 39

Dilan: J'ai crée un blog ou je parlerais de la dp / dr principalement mais aussi des choses telles que l'angoisse et autres http://mentalement.unblog.fr
Une adresse mail est mise à disposition si vous voulez discuter...

Kar: Bonjour,
J'ai 32 ans et J'habite Paris cela fait bientôt 2 ans que je suis en dp/dr,j'ai appris a gérer plus ou moins.je voudrais communiquer avec des personnes qui ont le même problème et qui désirent avancer,trouver des solutions partager des idées intéressantes pour s'en sortir. je laisse mon numéro de téléphone a qui veut bien discuter en toute sympathie.0752112188

Tifs en pétards: Bonsoir, il y a quelqu'un ?


Rafraichir

Archives

En ligne
2 Visiteurs, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur En ligne.

Total : 2
Mini sondage
Que pensez-vous de ce site ?










Résultats

 
 
Rss Dépersonnalisation/Déréalisation... on sort de cet état grandi et plus libre qu'avant
Bonjour à toutes et à tous.

J'ai 25 ans. J'ai été dépersonnalisé pendant des années (à plus ou moins forte intensité), si bien que je ne me rappelle plus exactement quand est-ce que ça a commencé. 5 ans, 6 ans, peut-être plus. Pourquoi je ne me rappelle plus exactement quand ça a commencé ? parce que je me rend compte après coup qu'il y a eu deux phases dans toute cette histoire. Une première qui a été une discrète et lente descente dans un état de fatigue et d'anxiété permanente, avec l'arrivée progressive de cette deperso. Puis, la deperso intense, pure et dure qui a frappé d'un coup après une première vraie crise d'angoisse.

Alors, j'ai deux bonnes nouvelles et deux mauvaises pour vous tous.

Les bonnes sont les suivantes. Non seulement, on peut évidemment sortir de cet état mais on sort de cet état grandi et plus libre qu'avant.

Les deux mauvaises (qui sont finalement pas si mauvaises que ça). Il faut faire un gros travail sur soi, faire des efforts (qui seront récompensés) et aussi accepter qu'on peut peut-être se faire aider par des tiers quand les épreuves sont trop difficiles ou pour soulager des symptômes mais qu'au final, pour régler le "problème" en profondeur, on s'en sortira seul, avec nos propres ressources et nos propres apprentissages.

C'est un peu bateau cette fameuse phrase qui consiste à dire "la clef est en vous", ou "la solution à vos problèmes se trouve en vous"... mais mes ami(e)s, c'est tellement vrai.

Le seul soucis quand quelqu'un nous dit ça, c'est que lorsqu'on est au plus profond de cet état de deperso (avec en prime une grosse dépression, un TAG ou encore d'autres joyeuseté), on se dit "il est bien sympa ton conseil, mais j'ai déjà fait mon maximum, tous les efforts possibles, je les ai fait. J'ai fait de l'acupuncture, de l'emdr, une analyse, une tcc, j'ai pris des médoc, j'ai fait du yoga, j'ai manger sans gluten, j'ai fait du sport, j'ai....".

Bref, on a fait tout ce qui est conseillé à droite ou à gauche pour sortir de cet état puisqu'au fond, c'est bien "sortir de cet état" qui est devenu notre obsession, notre bataille. On a dans un coin de sa tête l'idée que cet état n'est qu'une alerte, qu'un symptôme de quelque chose de plus profond puisqu'on l'a entendu chez un psy ou lu sur le net, mais on ne peut décemment pas se focaliser sur autre chose que ce foutu état et ses symptômes plus flippants les uns que les autres. On doute même très souvent que ce soit un seulement un symptôme tellement c'est au centre de nos vies.

Dans un moment de grande force et de grand courage, on va se forcer à localiser puis à résoudre (bâcler) le problème à sa source après avoir fait une auto-analyse (par exemple, peur de la solitude ou peur de l'abandon). Mais dès qu'on a tenté cela, que fait-on ? on check directement sa main ou le paysage pour vérifier si on est sorti de la deperso, et forcément, non... On tente de régler un autre soucis de fond rapidement (de l'anxiété ou un manque de confiance en soi par exemple). Et toujours rien, puisqu'au final, même si on a tenté de s'auto-convaincre qu'on aller résoudre ces problèmes de fond qui génèrent le symptôme de deperso, on ne l'a fait qu'à moitié à peine puisque notre seul et unique objectif a toujours été de "sortir de cette deperso" au plus vite car c'est invivable... on ne peut se défaire de cet objectif sans faire un énorme effort. Comprenez-vous ou je veux en venir ? Il faut faire cet effort de mettre la résolution des problème de fonds (souvent une angoisse profonde à déterminer en vous analysant) au centre de vos préoccupations. Réussir à ne plus se focaliser sur la deperso en elle-même... c'est un énorme effort.

C'est comme avoir une grosse bestiole sur son écran de TV et un peu partout dans le salon (les symptômes gênants) mais de devoir en même temps se concentrer sur une émission qui explique comment faire disparaitre ces bestioles de chez soi en modifiant son intérieur (boucher un trou, reclouer une plainte...Pour nous, ça va être : régler une angoisse profonde par exemple). Notre but principal est d'apprendre comment faire partir toutes ces bestioles de chez nous en suivant cette émission mais notre attention sera systématiquement portée sur cette grosse bestiole qui marche en plein milieu de la télé (cette deperso). On aura beau la chasser de l'écran, elle reviendra. On aura beau la mettre dehors, une autre bestiole prendra sa place. Il faut absolument faire l'effort de suivre l'émission qui nous donnera la clef pour évacuer ces bestioles une bonne fois pour toute. Il ne faut pas faire des ces pauvres bestioles nos ennemies. Elles n'ont rien demandé... elle sont juste un peu bêtes et ne réfléchissent pas, elles sont naturellement venues se réfugier chez vous puisqu'elles y ont eu accès à cause de la fragilité de vos murs et fondations... il faut juste leur expliquer qu'ici c'est chez vous, et "réparer" votre intérieur pour qu'elle ne puissent plus s'y introduire.

Qu'est ce qu'a été ma déperso ? C'est un peu ce que vous connaissez toutes et tous... ne pas se sentir de son corps, se sentir dans un rêve... ça m'a mené à des crises existentielles profonde, l'absurdité d'être là, avoir envie de rien, dépression, ne plus avoir de sentiments pour personne... puis phobies d'impulsion envers de la famille ou sur moi-même, troubles de l'anxiété généralisé avec tout ce que ça implique, crises de tremblement, cage thoracique oppressée, difficulté à respirer, impression d'avoir envie d'uriner toutes les 10 minutes, problèmes digestifs constamment, crises d'angoisse au volant, agoraphobie, arythmie, impression que le coeur va lâcher, pensées suicidaires en étant conscient qu'on en a pas envie, impression de devenir cinglé, que le cerveau s'emballe à 10000 à l'heure sans qu'on puisse l'arrêter... j'ai eu un petit bouquet garni en somme, assez commun avec ce que je peux lire des vécus des personnes qui ont vécu l'anxiété et la deperso. Quand je réglais un symptôme, un autre prenais sa place. Quand je croyais avoir réglé tous les symptômes, le premier revenait en force.

Bref. Respirez. Tout va s'en aller quand vous aurez trouver la raison profonde de votre mal-être. Ce n'est pas simple mais faites l'effort. Et non, ne cherchez pas à redevenir "comme avant"... vous ne serez plus jamais "comme avant". Vous serez bien mieux qu'avant. Vous serez enfin vous-même, libre, en accord avec votre corps, vos envies, vos valeurs. Vous ne serez plus à être ce que vous n'avez pas envie d'être ou à vivre dans le passé ou dans l'espérance d'un futur autre. Vous serez juste vous-même, dans le moment présent.

Qu'est ce que j'ai fait pour m'accompagner dans cette auto-analyse et cette remise en question ?
J'ai fait le point sur ma vie, sur mes peurs, sur mes conflits avec les gens, sur mes souhaits. J'ai fait une auto-analyse de mon passé (de ma naissance à maintenant). J'ai fait une enquête auprès de ma famille pour en savoir plus sur des événements du passé ou sur comment j'étais étant petit... j'ai pris des notes sur mes sentiments, mes ressentiments, mes douleurs, mes peurs, mes émotions, mes croyance négatives ou limitante, mes pensées irrationnelles... j'ai fait un plan de bataille en organisant chaque problème séparément. J'ai acheté toute sorte de bouquins sur l'anxiété, les thérapies brèves... Je me suis renseigné et j'ai décidé fermement de me prendre en main. Beaucoup diront que c'est pas bien, que ça peut être contre-productif, etc... mais j'ai commencé à me faire des séances d'auto-EMDR après avoir pris le temps de lire le manuel et d'autres livres sur cette thérapie. Les premières séances ont été loin d'être parfaites et n'ont rien donné ou m'ont même fait me sentir parfois plus mal qu'avant. J'ai persévéré en affinant mon auto-analyse et en ciblant plus précisément les problèmes de fond et les croyances négatives que j'avais... et surtout en travaillant avec les émotions et non plus seulement avec la cervelle. Ca a été laborieux mais un jour, une séance m'a fait un déclic... ça m'a redonner la motivation de continuer et j'ai persévéré seul (me demandez pas pourquoi, je ne critique pas du tout les gens qui vont voir des puy mais je me sentais à ce moment là capable d'agir seul). Certaines de ces auto-scéance ne donnaient rien et d'autres débloquaient petit à petit des choses en moi.

J'ai surtout appris dans ces auto-séances à ne plus avoir de comportement d'évitement... à me lâcher complètement vers mes peurs et angoisses, à les cotoyer au plus près et à les laisser s'évaporer. Ces peurs sont des fauves en papier... elles nous tétanisent de loin mais quand on s'en approche au plus près, on se rend compte qu'elles sont inoffensives. Aux personnes qui sont vraiment pas bien en ce moment, je ne conseille pas de faire cette expérience directement mais d'y aller progressivement si elles se sentent capables ou de se faire soutenir par un proche ou un psy si il le faut.

Parallèlement à ce travail sur moi-même, j'ai aussi travaillé sur mon hygiène de vie : l'alimentation, le sommeil (très important), le rythme de vie sain, les relations avec les autres... Cure de magnésium, griffonnia (pour les déprimes), omega 3 en mangeant plus de poissons, sport, sortir, renforcer ses relations avec ses ami(e)s, mais ne pas se laisser marcher sur les pieds ou imposer des choses qu'on ne veut pas, ne pas faire la gueule tous les jours, rire, ré-apprendre à respirer (cohérence cardiaque), discuter parfois avec sa famille et ses ami(e)s de son problème pour décompresser mais ne pas continuellement mettre ça dans toutes les discussions... se bouger, même quand on en a pas envie. Se demander si on a vraiment la vie qu'on voudrait (travail, hobbys...)...

Bref, tout ça a été très dur mais ce fut un cadeau pour faire le point sur ma vie et remettre les priorités dans le bon ordre... apprendre à être vraiment moi-même et à vivre ma vie comme chacun d'entre nous a le droit de vivre la sienne, être libre, confiant, bien. Au final, je ne l'avais jamais été vraiment même si à certains moment je croyais l'être... Ce qui vous arrive, c'est une chance d'être enfin vous-même, saisissez la. Ne vous découragez jamais, même si vous rechutez un temps, vous en sortirez grandi !

Soyez confiants même quand ça vous semble impossible de l'être.

badaboom
 
 
Note: 5
(4 notes)
Ecrit par: Momo, Le: 06/09/12